Chargement...
 

Suivre les derniers ajouts

 ::  Flux RSS Coordination Groups
Flux RSS Homogeneous Groups
Sous-réseau thématique gestion du temps et systèmes d'échanges

Introduction

La Coresponsabilité dans la gestion du temps offre diverses possibilités d'amélioration du bien-être de tous:

  • en termes de meilleurs échanges et partage du temps pour repenser le temps comme source de plaisir, comme dans les banques du temps en Europe ou les "Djuntamao" au Cap Vert.
  • en termes de conception du temps, nouvelle conception pour prendre le temps de vivre comme l’incite le mouvement cittaslow, par exemple.
  • en termes de gain de temps, comme par exemple les actions concertées au niveau d'un territoire pour rapprocher les lieux de travail et de vie;
  • en termes de meilleure flexibilité dans la gestion du temps, comme par exemple les actions d'aménagement du temps dans les entreprises;
Nile (Pixabay)
Nile (Pixabay)

Si vous désirez en savoir plus sur l’application de la méthode SPIRAL, cliquez ici. Des réseaux de villes travaillant sur la gestion collective du temps existent, comme en France le réseau TEMPO Territorial.

Historique du sous-réseau

Suite à la création du réseau TOGETHER en novembre 2013, le sous-réseau thématique sur la gestion du temps a vu le jour durant le premier semestre 2014 en s'appuyant sur les acquis du projet Responding Together. Grâce à ce projet, une première réunion a pu être réalisée le 6 mars 2014 au Conseil de l'Europe, pour permettre de croiser les expériences les plus innovatrices et complémentaires sur le sujet et de rédiger en commun les cadres de référence présentées sur cette page. La liste des participants ainsi que l'ordre du jour de cette réunion est consultable sur la page suivante.

Cependant, faute de moyens, il n'a pas été possible de donner une continuité à ce processus après la fin du projet Responding Together. La mise en place du projet CO-ACTE est donc l'occasion de redynamiser l'ensemble des sous-réseaux (définis ici).

Activités et perspectives

La prochaine réunion du sous-réseau aura lieu les 26&27 mars 2016 à Gloucester (RU). Elle prévoit la rencontre de différents acteurs autour de cette thématique, avec pour objectif de compléter les propositions de politiques publiques développées dans le cadre du projet Co-Acte. Le personne référante pour ce sous-réseau dans le cadre du projet Co-Acte est Jez Spencer. Pour plus d'informations sur ce projet et sur les réunions des sous-réseaux thématiques, rendez-vous ici et !

Résultats

Cadre de référence commun

Échange et partage de temps

Une Banque du temps ou un système d’échanges locaux (SELS) est un échange de services entre personnes, calculé en temps réel quelle que soit la nature du service, mettant ainsi tout le monde au même niveau de rémunération. En France, sur le même principe des Accorderies se sont développées. Ce concept est une variante des banques du temps avec une personne rémunérée pour leur animation ainsi que la présence d’un appui public. Avec une Banque du temps, on retrouve la dimension de bien-être et de plaisir intrinsèque au temps, car il s'agit de temps pour soi et avec les autres.

Pour mettre en place ces actions, il faut une égalité entre les savoir-faire proposés. Autrement dit, il faut assurer un rapport strictement égalitaire des échanges (1h de temps = 1h de temps et ce, quelle que soit la nature des services rendus), de manière à valoriser pleinement les compétences de chacun.

De plus, une multilatéralité des échanges est utile afin de veiller à ce que l’individu qui a reçu une heure, ne rendra pas une heure à celui qui la lui a donnée mais à un tiers et ainsi de suite. Ceci permet de renforcer les liens de solidarité entre le plus d’individus possibles et de sortir du rapport unilatéral, qui fait du receveur l’obligé du donneur. Ces échanges de temps sont bénéfiques pour l'entraide sociale : soit du domaine du bien-être ou de la couverture de besoins plus prosaïques. Dans de nombreux pays, les gouvernements sont peu enclins à appuyer les échanges en temps, notamment parce qu’ils échappent à toute fiscalité. Le plus souvent, ils ont du mal à reconnaître les avantages sociaux qui en découlent. Dans ces conditions, il importe à toute structure basée sur les échanges de temps de veiller si nécessaire à remplir les précautions suivantes :

  • Assurance :

Souscrire une assurance qui couvre le plus grand spectre d’échanges possibles. Or, dans de nombreux pays, les assurances sont frileuses à cet égard.

  • Rapports avec le monde professionnel :

Veiller à ce que les actions d’entraide soient toujours ponctuelles, non répétitives et de courte durée afin de ne pas être assimilées à des pratiques professionnelles potentiellement soumises à des taxations. Pour la même raison, il faut veiller à ce que les biens, les savoirs ou services échangés ne soient pas le fait de professionnels (un plombier peut fournir des heures de dessin mais pas de travaux de plomberie).

Ces restrictions néanmoins ne valent que pour certains pays, le contre-exemple parfait est le Royaume-Uni, où les assurances couvrent tous les dommages, l’État accueille les banques du temps dans ses prisons, écoles et autres institutions et où une loi spécifique défiscalise entièrement leurs activités.

Pour plus d'informations sur les impacts que cette action type peut avoir sur le bien-être, cliquez ici

Une nouvelle conception du temps

Nos sociétés modernes sont de plus en plus victimes d'une accélération du temps, du rythme de vie, qui nuit au bien être de tous, tant dans le travail que dans la vie privée. Il semble qu'aucune sphère d'activité ne soit épargnée. Il faudrait alors repenser le temps : ne plus le voir comme une ressource en vue d'obtenir autre chose, mais comme une source de plaisir et de bien-être en soi. Une nouvelle conception du temps est un bon concept à mettre en place pour balayer cette idée de productivité très présente. Innover pour bien utiliser son temps pour soi et pour les autres, sans stress pour prendre le temps de vivre, c’est le message promeut par le mouvement cittaslow et slow city. De la même manière et pour s'opposer au fastfood où le temps pour manger se veut rapide, le mouvement slowfood incite les gens à prendre leur temps au moment des repas. Il s'agit alors de développer une nouvelle conception du temps dans laquelle :

« La référence à la lenteur, est clairement, un appel à la réflexion, au temps de vivre : celui d'échanger, de regarder, de bien-faire les choses et de ne pas vivre dans un temps, un stress subis. » Site de Cittaslow, article n° 55 173.

Pour plus d'informations sur les impacts que cette action type peut avoir sur le bien-être, cliquez ici

Gain de temps

Pour pouvoir profiter d’un gain de temps, des actions concertées au niveau d'un territoire pour rapprocher les lieux de travail et de vie sont envisageables. Cela permettrait par exemple de ne plus "perdre" de temps dans les transports, mais d'en gagner pour soi-même, pour plus de plaisir et d'échanges avec les autres. Par ailleurs, cela aurait un impact positif sur l'environnement en réduisant les temps de trajet.

Par exemple, l’association TEMPO Territorial encourage les démarches temporelles territoriales. Cette association à but non lucratif fait la promotion des échanges, du partage, de l’apprentissage, de la mutualisation, et de la coopération entre acteurs pour toutes les problématiques temporelles. Entre autre, l’association propose un accompagnement des actions temporelles pour tous ce qui touche aux transformations et aux évolutions des rythmes de temps de la vie moderne. De plus, elle tente d’intégrer la dimension temporelle dans les politiques publiques (aménagement du territoire, environnement, développement économique, transports, action sociale, etc.)

Flexibilité dans la gestion du temps

La flexibilité dans la gestion du temps peut se traduire par des actions d'aménagement du temps dans les entreprises, dans les institutions publiques et administratives, etc. En effet, certaines études montrent que la flexibilité dans la gestion du temps au sein d'une entreprise permet une plus grande effectivité des employés ainsi qu'une baisse du stress.

  • Travail depuis le domicile
  • Horaires de travail flexibles

Conclusion

En mettant en place toutes les actions citées ci-dessus, cette nouvelle conception du temps pourrait être accessible. La mutualisation et la coopération entre les différents acteurs pour toutes les problématiques temporelles apporteraient un gain de temps, tandis que l'aménagement du temps dans les entreprises, dans les institutions publiques et administratives permettrait une plus grande effectivité dans le travail et moins de stress chez les employés. Quant à la sphère privée, l'échange et partage de temps mèneraient à plus de solidarité et de lien social, à plus de plaisir. Il est cependant important de souligner que les effets bénéfiques et la pertinence de ces actions ne pourraient être optimaux et viables au long terme qu'en effectuant un travail sur les mentalités, afin de se détacher de productivité permanente. Il faudrait repenser le rapport au temps, comprendre comment mieux l'utiliser pour soi et pour les autres. Pour approfondir le sujet, s'en référer aux travaux d'Harmut Rosa.

Contact

Pour plus d'information ou si vous souhaitez vous impliquer au sein de ce sous-réseau, vous pouvez contacter Reyaz Limalia par mail : tn.time-exchanges à wikispiral.org, ou le secrétariat international TOGETHER : contact à wikispiral.org