Loading...
 

Follow the latest additions

 ::  Feed Coordination Groups
Feed Homogeneous Groups

Together France

Actualités du réseau "Together France" et de la communauté des dynamiseurs et facilitateurs SPIRAL français.
Published by Sébastien KEIFF on 2015-09-01 Sebastien_KEIFF

Image

SPIRAL est souvent présentée comme une "boîte à outils" pour faire émerger des programmes de coresponsabilité pour le bien-être de tous. Pour filer cette image, nous avons effectivement formalisé cette Boite à outils en un document de synthèse permettant de faire un point sur toutes les avancées récentes en termes d'outils et méthodes.

Vous pouvez télécharger ce document complet ici : Image Boite à Outils Version Intéractif

Published by Sébastien KEIFF on 2015-08-18 Sebastien_KEIFF

Image La prochaine formation SPIRAL se tiendra à Bordeaux, plus précisément à la Maison des associations de Mérignac les 21 et 22 septembre 2015.

La formation est gratuite, mais la participation aux 2 journées pleines et l'inscription préalable sont obligatoires.

Pour s'inscrire : https://wikispiral.org/Formation_Spiral

Published by Sébastien KEIFF on 2015-08-18 Sebastien_KEIFF

Image Bridger builder, le magazine des Biens communs numéro 12 est consacré au thème "La personne et les territoires". A cette occasion, le magazine a souhaité mettre en avant SPIRAL.

Bridge-Builder est un outil d’interface facilitant la discussion ouverte ou l’expression d’idées, requis par la philosophie de l’Action et de la Conciliation du Bien commun : une Expérience, un Processus délibératif et éthique ! Il vise à rassembler des Penseurs et Praticiens, afin de favoriser des propositions innovantes de gouvernance des Communs : 1° En facilitant l’échange d’information et de bonnes pratiques, et en construisant des synergies entre les organisations de la société civile et les décideurs. 2° En valorisant les acteurs et la visibilité des politiques innovantes des acteurs locaux au plan international.

Télécharger le magazine numéro 12 : Image BB12JUIN2015 Retrouvez en ligne tous les numéros du magazine sur le site du Common good forum : http://www.commongoodforum.eu/#bridge-builder

Published by Sébastien KEIFF on 2015-07-06 Sebastien_KEIFF

La campagne My positive impact vient de se clôturer et SPIRAL se hisse à la douzième place avec 32481 voix ! Un grand merci et un immense BRAVO à toutes et tous pour cette intense mobilisation.

Image

Published by Sébastien KEIFF on 2015-05-28 Sebastien_KEIFF

JOURNÉE D’ÉTUDES ORGANISÉE PAR LES DOCTORANTS DU POLE INDIVIDUALISATION ET LIEN SOCIAL DU CERLIS L’EXPÉRIENCE DU BONHEUR DES INDIVIDUS (28 MAI 2015)

Les philosophes sont les premiers à « penser » le bonheur. Dans l’Antiquité grecque, différentes approches du bonheur sont développées. De la rationalité d’Aristote prônant le bonheur comme modèle de vertu à l’hédonisme d’Epicure, les conceptions théoriques « opposées » du bonheur révèlent la difficulté d’élaboration d’un objet clairement défini. Le sacre du bonheur en France s’inscrit dès le début des années 60 et se retrouve alors dans toutes les sphères sociales sous la forme d’une injonction à « être heureux », connaître le bonheur devient alors un devoir collectif comme individuel (Pawin, 2013). Dans le domaine cinématographique, le nouveau genre constitué par les films intimistes, qui apparaissent post mai 68 indique également un changement de perception du bonheur (Pawin, 2013). Focalisés sur la question de la vie heureuse, ils témoignent d’une modification de l’économie de valeurs. Ainsi, Un homme et une femme (1966) de Claude Lelouch, Les choses de la vie (1970) de Claude Sautet, ou encore Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) de Maurice Pialat, « proclament un droit au bonheur et à l’expression des sentiments intimes, à la réflexion et au retour sur soi » (Pawin, 2013, p.175). Dans ces œuvres, c’est un bonheur de l’individu qui est mis en scène, puisque dans les films d’action comme dans les films intimistes, les héros sont heureux de leur propre succès, ce qui s’inscrit dans la montée de l’individualisme.

Parallèlement, les regards scientifiques portés sur le bonheur ont été de l’ordre de la définition et de l’évaluation : qu’est-ce que le bonheur ? Qui sont les individus les plus heureux ? Très vite le bonheur va se traduire par le mot « bien-être » et donner lieu à une première mesure du bien-être subjectif en 1946, à l’initiative de Jean Stoetzel, fondateur de l’Institut français d’opinion publique (IFOP) (Pawin, 2013). C’est à la même période que le champ de la psychologie positive se développe en France et appuie cette relation entre bonheur et bien-être de l’individu (Seligman, 2011 ; 2013). Dès 1966, le sociologue Jean Cazeneuve tente d’établir une typologie du bonheur avec d’un côté « le dionysiaque » ou bonheur de l’existence, et de l’autre, « l’apollinien » ou bonheur de l’être.1 Pour ce chercheur, la civilisation technicienne encourage ce dernier type, un bonheur de l’être, fonctionnant de pair avec une société de consommation d’objets représentés comme source de bien-être (Ansart, 1967). De ces premières théories, transparait l’influence économiste associant les revenus au bonheur. En 1974, une première rupture se crée avec le paradoxe de Richard Easterlin, expliquant que les taux de bonheur dans les pays développés n'évoluent pas proportionnellement à la hausse des revenus disponibles des ménages (Langlois, 2014).Fort de ces théories, les sociologues s’essayeront à cet objet du bonheur en cherchant à mettre en lumière d’autres indicateurs tels que le travail (Baudelot, Gollac, 2003), le sentiment de sécurité, les relations sociales (Langlois, 2014), etc. D’autres chercheurs à l’instar des ethnologues, ont travaillé sur la question du bonheur et ont fait ressortir que celui-ci était associé à des représentations spécifiques telles que les vacances (Perier, 2009), ou encore la ruralité, qui s’oppose à la croyance négative selon laquelle « la vie en ville serait un enfer » (Isnard, 2009).

En résumé, le bonheur apparaît être un prisme pertinent pour comprendre les rouages de notre société, à la fois macroscopiquement mais également à l’échelle individuelle. Dans cette optique, l’atelier Thésards, formé à l’initiative des doctorants du pôle individualisation et lien social du laboratoire Cerlis, propose une journée d’étude qui se tiendra le 28 mai 2015 pour échanger autour de cet objet. Trois axes ont été envisagés pour optimiser la cohérence de cet événement.

http://recherche.parisdescartes.fr/CERLIS/Actualites/L-experience-du-bonheur-des-individus2

Image

Published by Sébastien KEIFF on 2015-05-25 Sebastien_KEIFF

Image

SPIRAL a été choisi par la Fondation Nicolas Hulot comme l'une des 50 solutions à la hauteur des enjeux climatiques. Les 5 premières solutions remportent le soutien de la Fondation et le financement d'une campagne de communication à l'échelle nationale ! Alors vous pouvez concrètement faire bouger les choses en votant pour nous ! Comment faire ? En savoir plus

http://www.mypositiveimpact.org/projets/solution/item/spiralle_bien_etre_de_tous_et_du_climat-95

Published by Sébastien KEIFF on 2015-05-05 Sebastien_KEIFF

Image Le temps d’une journée, des acteurs résidant en Ile-de-France et réunis au sein du réseau Teddif (communes, intercommunalités, parcs naturels régionaux, le CNFPT, l’ARENE, l’ADEME IDF, Comité 21, la DRIEE...)1 ont expérimenté la méthode SPIRAL afin d’aboutir à des actions réalisables dès demain, incarnant le lien entre le local et le global - notion au coeur du développement durable - à travers l’organisation d’une spirale de co-responsabilité.

Sébastien Keiff, secrétaire général du réseau Together France et Julie Chabaud, dynamiseure SPIRAL ont animé cette journée.

A noter que la démarche SPIRAL peut également s’appliquer aux organisations (écoles, entreprises, hôpitaux...) ou à des politiques publiques spécifiques. Toutefois, la journée Teddif s’est portée exclusivement sur l’apport de la méthode SPIRAL pour la conduite de projets territoriaux de développement durable.

Retrouvez le cahier complet de cette expérience : Image Teddif Cahier14 Retours Experimentation Spiram

Et ici : http://www.teddif.org/spip.php?article405