Chargement...
 

Suivre les derniers ajouts

 ::  Flux RSS Coordination Groups
Flux RSS Homogeneous Groups
Présentation du sous-réseau thématique sur l'Accès à l'emploi

Introduction

Ces dernières années, le taux de chômage et la précarité n’ont cessé de croître dans bon nombres de pays européens. Ainsi, les taux de chômages grecs et italiens dépassent la barre des 25%, atteignant même 50% chez les jeunes. De la même manière, avoir un travail aujourd’hui ne place plus systématiquement une personne à l’abri de la pauvreté.

Cette situation trouve sa cause dans plusieurs facteurs, tels que l’absence de sécurité du travail, les contrats à court termes, mais également dans la compétition entre chercheurs d’emplois et entre travailleurs légaux et travailleurs au noir, entrainant un nivellement par le bas des conditions de travail.

En quoi la coresponsabilité peut-elle être d’une grande aide dans la mise en place de ce type de projets et/ou d’actions ? L’idée principale de la coresponsabilité est que tout le monde agisse ensemble pour élaborer des projets qui puissent assurer le bien-être de tous, tout en ayant le moins d’impact environnemental possible. Ainsi, il s’agit de projets portés par une Plateforme Multi-acteurs regroupant différents acteurs de la société : des citoyens (pouvant être réunis dans une association d’habitants d’un quartier ou d’une commune) et des acteurs publics et privés (telles que des entreprises, des ONG ou une mairie). Cette Plateforme Multi-acteurs se réunit alors et prend l’initiative de créer un groupe de travail chargé de réfléchir collectivement à la thématique de l’accès à l’emploi au niveau local.

Historique

Suite à la création du réseau TOGETHER en novembre 2013, le sous-réseau thématique sur l'accès à l'emploi a vu le jour durant le premier semestre 2014 en s'appuyant sur les acquis du projet Responding Together. Grâce à ce projet, une première réunion a pu être réalisée le 24 mars 2014 à Strasbourg (FR), pour permettre de croiser les expériences les plus innovatrices et complémentaires sur le sujet et de rédiger en commun les cadres de référence présentées sur cette page. La liste des participants ainsi que l'ordre du jour de cette réunion est consultable sur la page suivante.

Cependant, faute de moyens, il n'a pas été possible de donner une continuité à ce processus après la fin du projet Responding Together. La mise en place du projet CO-ACTE est donc l'occasion de redynamiser l'ensemble des sous-réseaux (définis ici).

Activités et perspectives

La prochaine réunion du sous-réseau aura lieu les 24&26 septembre 2016 à Chieri (IT). Elle prévoit la rencontre de différents acteurs autour de cette thématique, avec pour objectif de compléter les propositions de politiques publiques développées dans le cadre du projet Co-Acte. Pour plus d'informations sur ce projet et sur les réunions des sous-réseaux thématiques, rendez-vous ici et !

Résultats

Cadre de référence commun

Dans le contexte actuel de précarisation, un modèle de référence basé sur la coresponsabilité a été développé afin de permettre un meilleur accès à l’emploi pour tous, et que vous pouvez retrouver en suivant ce lien. Il part du constat que l'accès à l'emploi et la vie productive est assuré si trois dimensions sont prises en compte:

  • répondre à un besoin de biens ou services;
  • avoir les moyens matériels et financiers de les produire;
  • avoir les compétences (savoir faire pour les produire)

Les trois dimensions peuvent être traitées de manière collaborative au sein d'une Plateforme Multi-acteurs ou d'une association d'habitants.

A. Produire pour répondre à des besoins: le levier de la concertation territoriale

Le lien entre offre et demande se fait généralement par le jeu des marchés. Ceux-ci sont principalement structurés autour de considérations économiques, financières et monétaires et laissent peu de place aux logiques solidaires et durables imprégnant la coresponsabilité. A cet égard, la coresponsabilité propose une alternative qui présente plusieurs avantages permettant de rencontrer au mieux les besoins des personnes sans emploi ou vulnérables.

1. Concertation sur l'offre et les besoins

Dans un premier temps, la logique coresponsable prévoit une concertation sur les besoins qui existent au sein du territoire, tant en termes de in d’œuvre qu’en termes de besoins de consommation et/ou de production Cette logique de définition des besoins de manière concertée se présente comme une très bonne alternative aux modèles actuels car rassemble à la fois les besoins des producteurs et des consommateurs. De plus, cet accord de coresponsabilité entre les producteurs et les consommateurs se fait dans les deux sens, en amont comme en aval. Cette concertation prend place dans une Plateforme Multi-acteurs qui a été créée en partenariat avec les acteurs économiques locaux (producteurs, consommateurs, etc…) Cette logique coresponsable permet ainsi se prendre en compte l’environnement dans lequel la production s’inscrit, offrant des garanties en terme de prix, de disponibilité des matières premières et en terme de possibilité d’écoulement de la production.

L’exemple de VIOME est particulièrement représentatif de cette initiative de définition des besoins de manière concertée et coresponsable. Ainsi, lorsque les anciens propriétaires de l’usine l’abandonnèrent elle et ses ouvriers, ceux-ci décidèrent de la reprendre à leur compte et de réorienter sa production pour mieux répondre aux besoins et au demande des populations locales. C’est de cette manière que se teint une concertation entre les populations locales et les ouvriers de l’usine pour réorienter la production vers des détergents et savons naturels à partir de l’huile d’olive produites par les populations locales. Ainsi, cette concertation entre les différents acteurs économiques locaux a permis de relancer l’activité de VIOME tout en répondant aux besoins des consommateurs locaux et en se basant sur les richesses des producteurs locaux.

2. Marché solidaire

De plus, la logique de coresponsabilité prévoit la commercialisation de la production via un marché de clients solidaires (conscients de soutenir une entreprise durable et donc moins prompts à la désaffection d’un produit nouveau, dans les premiers temps de son lancement) mais aussi qu’elle puisse atteindre ces clients à des prix raisonnables car directement et sans intermédiaires. Par conséquent, non content d’assurer un travail et un revenu aux producteurs locaux d’huile d’olive, ils suppriment un maximum d’intermédiaires afin d’éviter une démultiplication du prix final, dérives omniprésentes dans le fonctionnement actuel des marchés.

B. Avoir les moyens de produire: le levier de la propriété collective

Ensuite, une grande partie de l’activité économique et de l’emploi est actuellement liée aux équipements disponibles. La coresponsabilité se propose donc comme une alternative offrant aux travailleurs à la fois une plus grande souplesse dans leur activité tout en respectant leur autonomie, et cela grâce à la propriété collective des biens par la Plateforme Multi-acteurs qui a été constituée sur le territoire. En effet, la propriété collective elle est l’approche la plus pertinente pour parer au manque de disponibilité des équipements caractérisant l’économie actuelle. Cette vision entend créer un fond solidaire qui serait attribué et géré par la Plateforme Multi-acteurs, mettant ces moyens à disposition des porteurs de projets locaux créateurs d’emplois. Ainsi, ce n’est pas un acteur isolé qui dispose des moyens matériels et financiers, mais une multitude d’acteurs agissant sous le principe de la coresponsabilité.

Ce fonds commun rend son autonomie aux personnes qui en bénéficient car il leur permet de relancer leur activité, de la remettre sur pied, et donc de leur permettre d’avoir de nouveau un revenu et leur autonomie. De plus, cette approche du fonds de solidarité permet également une grande souplesse. Ce système permet de disposer de fonds important et très varié, pouvant s’ajuster à chaque demande émanant de la population. Mais cette souplesse est aussi le fruit de la propriété par le Plateforme Multi-acteurs car elle permet le rapatriement et la redistribution presque indéfinie du capital que la Plateforme possède. Ainsi, une personne ayant bénéficié des fonds et s’étant assuré de nouveau son autonomie rendra à la Plateforme les biens dont il a profité afin que ceux-ci servent une autre personne dans le besoin.

La coresponsabilité préconise enfin que la structure légale qui prenne en charge ce processus de création d’emplois soit collective (coopérative, association d’une communauté d’habitants, SCOP, entreprise autogérée etc.).

C. Avoir les compétences pour produire:le levier de la formation concertée et continue

Si la coresponsabilité est propice pour apporter les lacunes posées dans les deux points précédents, elle constitue également une alternative aux approches classiques concernant la formation et les compétences.

1. Exploiter les savoir-faire existants

La première étape dans la logique de la coresponsabilité est de partir des compétences et des savoir-faire existants au sein des territoires concernés par l’exclusion du monde professionnel et qui peuvent être facilement et rapidement mis en valeur.

A cet égard, l’initiative des « bricoleurs solidaires » à Marchin est à relever à titre d’exemple illustrant cette démarche. Cette initiative permet à des personnes bricoleuses et éloignées du monde de l’emploi de fournir des services de bricolages à des personnes ne pouvant s’en acquitter elles-mêmes et n’ayant pas les moyens de faire appel à un professionnel. La mobilisation immédiate des compétences de ces « bricoleurs solidaires » fait que ceux-ci se sentent ainsi revalorisés tout en fournissant une aide précieuse aux personnes en ayant besoin.

2. Dégager les besoins de formation

Ensuite, lorsqu’il est difficile de mobiliser les compétences existantes ou que celles-ci sont rares, l’approche par la coresponsabilité propose de procéder à un diagnostic précis des besoins de formation. Dans l’optique de la coresponsabilité, ce diagnostic des besoins de formation se fait de manière collective et concertée par la Plateforme responsable du territoire. En effet, c’est collectivement que ces besoins peuvent être définis de la manière la plus juste, correcte et adaptée au territoire concerné. Ces besoins de formations sont donc à rattacher aux situations concrètes ayant place dans ces territoires. Cette approche selon les besoins de formation s’oppose à l’approche traditionnelle multipliant les offres de formations déconnectées des réalités des territoires. Ainsi, plutôt que de faciliter l’accès à des formations qui ne seront d’aucune utilité car éloignées des besoins réels, la coresponsabilité propose un diagnostic des besoins réels de formation, lié aux réalités du territoire et des projets qui y sont en cours.

La concertation sur la formation Proj’aide est à cet égard particulièrement représentative de la concertation sur les besoins de formations. Proj’aide a la volonté d’enrichir et de repenser l’offre de formation en faisant émerger les besoins de formation des associations qui ne se « reconnaissent pas » dans ce qui leur est proposé à l’heure actuelle en Val de Marne C’est pourquoi les avis de 54 personnes et associations ont été recueillis pour faire part des besoins en formations qu’ils rencontraient et mieux les faire coïncider aux besoins et lacunes qu’ils rencontrent. Plus d’informations sur cette initiative peuvent être trouvées sur le site de Proj’aide.

3. Faciliter l'accès au formations sur le terrain

Une fois les besoins réels de formations définis, la coresponsabilité prévoit des solutions efficaces afin d’offrir des formations adaptées aux besoins définis lors de l’étape précédente. L’approche de la coresponsabilité propose que ces formations soit menées en immersion professionnelle, sur le terrain, afin qu’elles soient les plus pertinents au vu de la situation. Elles doivent êtres connectées aux réalités des territoires concernés et doivent s’inscrire dans les projets concrets menés sur ces territoires. Plusieurs types de formations peuvent être développés dans cette optique. Premièrement, des formations à caractère technique et/ou professionnel. Ça sera par exemple le cas d’un menuisier devant développer des compétences en gestion afin de monter sa propre entreprise, mais encore en langues, informatique, etc. Ensuite, des ateliers de réinsertion ou de mobilisation professionnelle dans le cas de personnes disposant de compétences mais étant déconnectées du monde du travail.

Formation par l'immersion professionnelle
Formation par l'immersion professionnelle

Enfin, l’éducation joue également un rôle important dans cette vision d’accès à l’emploi par la coresponsabilité car elle permet de sensibiliser les citoyens à des causes et des questions qui sont essentielles pour développer un monde où règnerait le bien-être de tous. Ainsi, les projets éducatifs sont utiles, voire nécessaires, dans tous les domaines où un bouleversement des habitudes est prévu.

Conclusion

La coresponsabilité dans le domaine de l’accès à l’emploi permet de restructurer le marché et les offres d’emploi selon les demandes et les besoins exprimés par les citoyens consommateurs, mais aussi par les capacités personnels et professionnels des personnes sans activité ou en recherche d’activité. Là encore, l’idée est de rapprocher l’ensemble des acteurs concernés : entreprises, formateurs, étudiants, demandeurs d’emploi, consommateurs, etc. Les formations doivent laisser la place à davantage de pratique et de mise en situation, tandis que les consommateurs seront sensibilisés vis-à-vis des produits qu’ils achètent avec une remise en route d’un commerce de proximité et de la consommation de produits locaux. Cela permettra de lutter contre les inégalités, de mieux maitriser l’offre et la demande et aura un impact durable sur l’environnement. Il sera toutefois important de déterminer les personnes cibles des actions menées, les travailleurs ne résidant pas tous sur le territoire de coresponsabilité engagé.

Contact

Pour plus d'information ou si vous souhaitez vous impliquer au sein de ce sous-réseau, vous pouvez contacter Jorge Guimaraes par mail : tn.employment à wikispiral.org, ou le secrétariat international TOGETHER : contact à wikispiral.org